Publications

Vous trouverez sur cette page une présentation de textes parus dans des revues en sciences sociales, et plus précisément, en sciences de l’information et de la communication. Les publications sont également librement accessibles ici ou ou encore en archives ouvertes . Vous pourrez trouver le résumé de chacune des publications sur cette page, ainsi qu’une version anglaise de leurs résumés.

Articles publiés dans des revues à comité de lecture

Ouakrat A. et J. Mésangeau (2016), « Re-socialiser les traces d’activités numériques : une proposition qualitative pour les SIC », Revue française des Sciences de l’Information et de la Communication, N°8, mars

RFSIC_N°8Ouakrat (2015), « Du rythme d’usage du smartphone au rythme de vie : les normes temporelles informelles des pratiques d’une population étudiante », Questions de communication, N°27, septembre, pp.301-321

qdc27_cv1-small360Ouakrat (2015), « Une analyse sociotechnique d’un type d’usage du bitcoin: le crypto-marché SilkRoad », Revue Banque & Droit, n°159, janvier-février, pp.14-17

RevueBanque&Droit-190x260Ouakrat (2012), « Le ciblage comportemental, une perte de contrôle des éditeurs sur les données de l’audience », Tic & Société, Vol.6, N°1.

tic&sociétéOuakrat (2010) (avec J.S. Beuscart et K. Mellet), « Les régies publicitaires des sites de la presse quotidienne », Réseaux, n°160-161 (2/3), janvier-mars, pp.133-161.

RES_160_L204Chapitres d’ouvrages collectif

Ouakrat (2013), « La consommation d’information en ligne : un cadrage quantitatif », in Joüet J. et R. Rieffel (sous la direction de), S’informer à l’ère numérique, Presses Universitaires de Rennes, p.159-192

sinformererenum_PUROuakrat (2012), « Le concept des modèles d’affaires : éléments de définition et état de l’art », in Benghozi P.J. (sous la direction de), Contenus culturels numériques et modèles d’affaires innovants, Ministère de la Culture et de la Communication. Actes du séminaire Contenus Numériques et Modèles d’Affaires Innovants. GIS Culture & Numérique, Octobre, pp.111-117.

suso5

Ouakrat (2009), “Innovation in online news access and distribution”, The Summer School Student Abstracts, in Carpentier Nico, Pille Pruulmann-Vengerfeldt, Richard Kilborn, Tobias Olsson, Hannu Nieminen, Ebba Sundin, Kaarle Nordenstreng (eds.), Communicative approaches to politics and ethics in Europe. The intellectual work of the 2009 ECREA European Media and Communication Doctoral School, Tartu University Press, p.358.

Actes de colloque

Ouakrat (2014), « Une défiance justifiée envers la collecte automatisée de données sur smartphones ? L’acceptabilité sociale des méthodes numériques pour étudier les usages des technologies numériques connectées », Actes du 16e colloque CREIS-Terminal, Nantes, 3-4 avril, 9p.

 Lettre professionnelle

Ouakrat (2009), « Le premium ou la valorisation complexe de la qualité éditoriale », Usages & Valeur, n°35, lettre professionnelle R&D France Télécom-Orange, Juillet, pp.8-10.

 

RESUMES

Re-socialiser les traces d’activités numériques : une perspective qualitative pour les SIC

Les méthodes de recherche numérique suscitent une attraction forte chez les chercheurs en sciences de l’information et de la communication. Au-delà de la nouveauté et de l’« effet de mode », l’illusion de la facilité semble également caractériser cet attrait. Nous proposons un retour réflexif sur deux expériences de recherches empiriques menées à partir de données numériques : une enquête sur les usages du smartphone d’une part et sur les réseaux socionumériques professionnels d’autre part. Nous soulignons l’intérêt d’une combinaison des méthodes dans l’interprétation des traces numériques afin de ne pas négliger le rôle des pratiques non numériques des enquêtés et leur profil sociodémographique dans l’explicitation des comportements numériques observés. (Avant que ce texte ne se transforme en article pour une revue à comité de lecture, il a fait l’objet d’une présentation lors d’une journée d’études dont j’ai parlé ici).

Du rythme d’usage du smartphone aux rythmes de vie : les normes temporelles informelles d’une population étudiante

L’analyse de la dimension temporelle des usages du smartphone d’une population d’étudiants révèle l’incorporation de l’objet connecté à la vie quotidienne. D’une certaine façon, le smartphone disparaît en se banalisant dans les pratiques des usagers. Cet article vise à souligner les traits communs dans les comportements d’usages. La pratique est en effet structurée autour de normes temporelles informelles, caractérisées par un petit nombre d’applications consultées et des habitudes d’usages séquencées. En faisant apparaître les rythmes de vie des enquêtés, l’observation des rythmes d’usage du smartphone témoigne de sa forte intrication à la quotidienneté. (Cet article a fait l’objet d’une recension que vous pourrez trouver ici).

Une analyse sociotechnique d’un type d’usage du bitcoin : le crypto-marché SilkRoad

L’article propose une analyse sociotechnique d’un type d’usage du Bitcoin. Il s’intéresse à l’économie souterraine du Bitcoin, et non au commerce légal de biens et services qui y sont liés. Les usages illicites participent à alimenter l’intérêt pour la monnaie virtuelle qu’est le Bitcoin. J’y propose une analyse socio-économique du fonctionnement de la place de marché SilkRoad (SR). Lancée en février 2011, la plateforme opère sur le web invisible (deep web, darknet), accessible uniquement depuis le navigateur anonyme Tor. L’activité de SR est illégale puisque spécialisée dans la vente de substances contrôlées (drogues essentiellement). Le site est saisi par le FBI le 2 octobre 2013, mais une nouvelle version apparaît en ligne quatre semaines plus tard, le 6 novembre 2013. Ce phénomène peut surprendre en raison de ce que cette plateforme rend possible : le commerce de substances illicites sur Internet de façon relativement anonyme. Le site a ainsi joué un rôle pionnier dans la popularisation d’usages sociotechniques jusqu’ici relativement marginaux et confidentiels, en mettant à la portée du grand public – notamment par la couverture médiatique dont a bénéficié le site et le procès de son fondateur Ross Ulbricht – les connaissances nécessaires à un anonymat relatif en ligne dans un univers numérique caractérisé au contraire par sa traçabilité. L’article original a été publié dans le numéro 159 de la revue Banque & Droit. Cette publication fait suite à une communication réalisée dans le cadre de la matinée d’études organisée par l’Association des Doctorants et des Docteurs d’Assas (ADDA) « Le Bitcoin, une monnaie ? », qui s’est tenue le vendredi 27 juin 2014 en Salle des Conseils de l’Université Panthéon-Assas, Paris 2.

La consommation d’information en ligne : un cadrage quantitatif

Un autre article, plus proche de mes habituels sujets de recherche (l’économie des médias et de la culture et du numérique, les usages de l’actualité et des technologies numériques connectées) a été publié en tant que chapitre dans un ouvrage collectif paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2013 : S’informer à l’ère du numérique.
Ce chapitre vise à apporter des repères quantitatifs sur le comportement et le profil sociodémographique de l’audience des sites et des applications d’actualités. Il s’agit ici resituer les pratiques étudiées dans l’ouvrage dans le cadre macro-social des usages des médias numériques d’actualités. A partir de données statistiques sur les audiences en ligne, auxquels nous avons pu avoir accès grâce à la bienveillance de Médiamétrie, l’étude porte, d’une part, sur les mesures d’audience de type site centric et user centric collectées à partir d’une sélection de médias (sites de journaux et sites dits pure players), et d’autre part, sur la composition sociodémographique des usagers de ces sites. Elle permet de prendre conscience de l’évolution récente des pratiques informationnelles, d’analyser les audiences et leurs modalités de consultation de l’actualité sur les sites du web ainsi que sur le téléphone mobile.

Le ciblage comportemental, une perte de contrôle des éditeurs sur les données de l’audience

En 2012, la revue Tic & Société (Vol.6, N°1) a publié un numéro sur les Mutations du journalisme : nouveaux dispositifs, nouvelles pratiques. Elle a accepté que j’y participe en publiant une contribution intitulée « Le ciblage comportemental, une perte de contrôle des éditeurs sur les données de l’audience » dont voici le résumé : Le suivi et le profilage des internautes est un enjeu de premier ordre pour les professionnels de l’industrie publicitaire. Cet article met en évidence la manière dont l’innovation constituée par le ciblage comportemental participe à transformer la logique de fonctionnement de l’activité publicitaire. Le ciblage comportemental seul n’a pas changé cette logique. Il s’agit plutôt de la conjonction de la disponibilité de nouvelles technologies, portées par des entreprises de solutions technologiques qui ont, à un moment donné, rencontré les besoins des annonceurs et contribué à les redéfinir. L’exploitation des données de navigation des internautes est une condition première à ce ciblage.

Le document vise à clarifier la notion de modèles d’affaires, son origine et ses diffèrentes acceptions selon les disciplines qui en font usage dans la littérature scientifique. Il s’agit d’un extrait des actes du séminaire Entreprises culturelles, contenus numériques et modèles d’affaires innovants qui eut lieu en 2012 et en 2013 au Ministère de la Culture et de la Communication et qui associait chercheurs, professionnels et responsables publics.